Le quatrième festival de Cannes (pour moi) vient de s'achever (je ne compte pas la première fois pour DBA).

Alors d'abord un mot sur l'organisation, qui péchait sur un point, un seul mais de taille. Cannes, ça ressemblait trop souvent à ça :

a0

et très rarement à ça.

a2

On a passé une semaine à se faire tremper et/ou à se les peler dès qu'on mettait le nez en dehors du palais. Point à améliorer l'année prochaine.

Sinon pour le reste, rien à dire. Christophe a réuni petit à petit autour de lui le Club de l'Espace Démonstrations Figurines du Graal, dont les réunions sont annuelles, et ce malgré un accueil parfois un peu particulier.

a3

(il était moins bon avec la gatling sur la table...)

Comme d'habitude, je vais faire un compte-rendu parfaitement égocentrique du salon, après un petit résumé pour qui l'aurait raté sur les autres blogs. Le Festival International des Jeux de Cannes dure cinq jours, ouvert au public de 13h à 20h en semaine, 10h à 19h ou 20h le week end. C'est le plus grand de France (?). Plus de 150 000 visiteurs. C'est un festival de jeux généraliste, avec du plateau, du scrabble pour les petits vieux, des grands classiques (go, échecs, etc.), plein de jeux pour les enfants, les jeux videos, le coin manga (avec le cosplay pour se changer les idées le samedi - non j'ai pas pris de photos), les tournois figus le week end, etc. etc.. Le public est mi familial, mi gamer généraliste, et s'attend à ce qu'on lui fasse jouer à des jeux, même si le fait qu'on n'essaie pas de lui vendre lesdits jeux l'étonne souvent. Bref, c'est LE festival de Cannes, à ne pas confondre avec le bidule pour geeks de cinéma en mai.

Côté jeux de simulation, l'animation est assurée par le graal, collectif d'associations et de boutiques de la région. Ca regroupe le jeu de rôles, le grandeur nature et le wargame avec ou sans figurines, fantastique ou historique. Bref la figurine a une part très faible dans le salon, que nous nous efforçons de réprésenter.

Côté organisation, on peut jouer entre nous sur place le matin avant l'arrivée du public, ou le soir et la nuit, en parallèle des animations nocturnes (murder party, tournois de jeux de rôles). Quand le public est là, il faut assurer les démos. En étant assez nombreux, on peut faire des roulements, ce qui permet de jouer aux jeux des autres ou de profiter soi-même du salon.

Cette année j'y suis allé dans les soutes de l'USS gloarmy et on a partagé le gite avec Mr Green. Beaucoup de bons moments et de discussions intéressantes.

Je faisais des démos avec les Rois du Green, après avoir fini de floquer les figurines in extremis le mercredi matin.

a6

Finalement, le jeu est adapté à ce type de convention : parties d'une demi-heure peut-être (en fait je n'en sais rien : je n'ai rien chronométré), une version très simple pour les enfants et le public familial, une version avancée (qui reste assimilable en 5 minutes) pour les joueurs. Jeu installable/rangeable en 5 minutes. Jeu permettant de rester assis.

Avec 29 parties au total, avec des personnes toutes différentes, de tout niveau (même quelqu'un qui s'est présenté comme un créateur de jeux et n'a pas été avare de conseils... dont je n'ai retenu aucun), ça a été l'épreuve idéale, l'occasion de bien tester, tuner et épurer les règles. Epurer surtout. Rien de tel pour épurer quelque-chose que de devoir le présenter 29 fois.

Bref, si les parties du mercredi et du jeudi ont été (comme d'habitude avec moi, diront certaines mauvaises langues) à règles fluctuantes, j'ai quasiment figé la version normale dès vendredi après midi, et la version familiale dimanche matin. Il ne me reste plus qu'à les rédiger... et puis à leur trouver un vrai nom. Un père de famille m'a suggéré "la bataille avec des figurines". J'aime bien, mais bon.

Le jeu prêt à servir, jeudi.

a4

Testé ici vendredi par la section clichyssoise du Club Annuel.

a5

A suivre. J'ai commencé ce Pearltree avec des billets de blogs sur le salon, vision bloggeurs figurinistes.

FIJ 2010