A force de voir des films, la peinture n'avance pas beaucoup... mais voici la suite de la revue de films sur la guerre de sécession du point de vue de la pilosité des acteurs.

--

Shenandoah (les Prairies de l'Honneur - ou le titre qui craint, Andrew McLaglen, 1965)

Pilosité : joues désertiques - Point du vue : Sud thoreautiste - Années 1863-64 ?

shenan1

Le titre était alléchant. Le thème : peut-on rester à l'écart de la guerre civile tout en élevant une famille nombreuse dans la vallée de la Shenandoah ? Dans ce film, le Sud n'a pas passé de loi de conscription et le Nord mélange noirs et blancs dans ses unités. Au programme, quelques escarmouches avec combustion spontanée de chariots, et une scène de petite bataille où la cavalerie charge l'infanterie retranchée sabre au clair. Bref.

J'aurais bien aimé voir passer Sheridan.

shenan_2

Et encore une scène de rasage...

--

Ride with the Devil (Chevauchée avec le Diable, Ang Lee, 1999)

Pilosité : ok - Point de vue : bushwacker - Années : 1861-1864 ? - D'après un roman.

 ride1

Consacré à la guérilla du Missouri, une chronique de la vie de quelques irréguliers sudistes. Quelques escarmouches, une petite bataille, et le fameux massacre de Lawrence avec Quantrill. Un film qui ne prend pas partie, ne simplifie rien des ambiguités de ce conflit fratricide, et ne cède pas aux effets faciles. J'ai aimé bien plus au revisionnage que la première fois.

ride2

Mention particulière pour les poils au menton du jeune héros qu'on voit apparaître d'une année à l'autre.

--

Andersonville (John Frankenheimer, 1996)

Pilosité : passable - Point de vue : nord - Années : 1864

Film télé, mais de haute volée. Andersonville, c'est le sinistrement célèbre camp où moururent 12 000 prisonniers (et dont le commandant fut le seul officer du conflit jugé et pendu pour crimes de guerre). Intéressant, des scènes intenses, mais long et déprimant.

 

andr02

andr04

Pas de scène de rasage, mais une de tonte de cheveux.

--

The good, the bad and the ugly (le bon, la brute et le truand, Sergio Leone, 1966)

Pilosité : bof bof bof - Point de vue : neutre - Années : 1862

Premier film non étasunien de cette revue (et aussi le dernier d'après ce que je peux en voir d'ici). Inutile de vous en dire quoi que ce soit. Un an seulement le sépare de Shenandoah (voir plus haut). J'aurais cru une génération !

Côté guerre, je pensais que c'était fictif, et c'est en le revisionnant que j'ai découvert que la trame de fond est la campagne du Nouveau Mexique. Avec pas mal d'anachronisme tout de même...

gbu

Troisième film de ma série avec Eastwood, mais le Bon la Brute et le Truand c'est le flm d'Eli Wallach.

gbu2

à suivre
...