Un billet un peu hors sujet, et sans image, mais qui peut intéresser ceux qui ont des problèmes de livres. J'ai été, et je suis encore dans une certaine mesure, un lecteur vorace. Pour moi le livre en tant qu'objet n'a absolument aucune importance, mais malheureusement c'est un objet, et les objets lorsqu'ils s'accumulent finissent par poser de sérieux problèmes d'espace quand on vit dans un appartement en région parisienne, et qu'ils sont en compétition avec les boites de jeu, les figurines et les décors qui - eux - servent plusieurs fois. Car arrivé à un certain stade de la vie, on s'aperçoit que la probabilité de relecture d'un livre donné est infime.

Environ 1000 bouquins chez moi, plus 800 encore chez mes parents. Bref la question de ce billet est de savoir comment diminuer un stock de livres, autrement dit se débarrasser de ces objets encombrants... si possible d'une manière utile, et mieux : amusante et ludique. Quelques techniques possibles.

Le prêt définitif

La première option qui vient à l'esprit : le don. Le problème c'est qu'offrir un bouquin d'occasion, parfois dans un état douteux, c'est limite. Donc l'alternative, c'est le prêt définitif. Je prête des bouquins de temps en temps. Par exemple, en discutant dans les différentes occasions informelles de la vie, avec des gens qu'on connait, on en arrive souvent à un « il faut que tu lises XXX. Je te le prêterai ». Là l'idée c'est de :
1 – ne pas oublier d'amener le bouquin la fois suivante
2 – préciser au moment de donner le bouquin, ou mieux, à un moment ultérieur, que la personne peut garder le bouquin (ou mieux le passer à quelqu'un d'autre)
Ceux qui pratiquent le prêt de livres savent qu'un prêt devient souvent définitif même quand on ne le voulait pas au départ... Dans quelles proportions, c'est difficile à dire. En effet je suis souvent surpris quand on me rend quelque-chose, tout simplement parce que j'avais oublié que je l'avais prêté.

Cette méthode est agréable, mais lente. D'ailleurs si vous cherchez un bouquin... je l'ai peut-être..

Amazon

Alternative à aller chez un bouquiniste et vendre des cartons de livres à un prix ridicule, il y a la vente en ligne via amazon. Si Amazon vend des livres neufs, et met à disposition les collections de bouquinistes des quatre coins du monde (j'ai usé et abusé de ce service), ils permettent aussi aux particuliers de revendre des articles.

L'idée est séduisante, mais en comptant, les frais de port et la commission prélevée par amazon, ce n'est pas rentable, ou à peine rentable pour des livres de poche. A réserver pour des bouquins chers ou rares. Le déclic, en fait, je l'ai eu lorsque j'ai vu pour un bouquin de ma bibliothèque vendu d'occasion 60$ sur amazon alors qu'il m'avait coûté 17 livres.

Conclusion : méthode contraignante mais qui rapporte.

Pochetroc

http://pochetroc.fr/

Site de troc de livres de poche que m'a signalé sebastofig sur ce blog. L'idée est d' échanger des livres qu'on a lu contre des livres qu'on a envie de lire. Pour cela on déclare sur un site internet une liste de livres que l'on souhaite échanger, et l'on peut voir la liste de tous ceux que les autres veulent donner.

Plutôt que de l'échange « un pour un », qui serait difficile à négocier, le site a une monnaie : le point. Chaque livre vaut de 1 à 3 points, selon son poids. Quand quelqu'un « achète » votre livre, on lui expédie par la poste et on reçoit le nombre de points correspondant à sa valeur. Ces points servent ensuite à « acheter » des livres.

Je me pose des questions « théoriques » sur la manière dont tout cela fonctionne avec une masse monétaire finalement assez réduite, mais j'ai adhéré au service. Ca coûte 15 euros pour un an, et on peut dès l'inscription commander trois livres. Il faut compter aussi les frais d'envoi des livres, et on ne peut pas vraiment parler de réduction des stocks. Mais au moins cela ne les augmente pas non plus (on remplace des achats (+1 dans le stock) par des échanges (stock inchangé).

Book Crossing

L'arme ultime, me semble-t-il.

http://bookcrossingfrance.apinc.org/

Là aussi, il y a un site web (gratuit cette fois) sur lequel on commence par enregistrer le livre qu'on veut libérer dans la base de données. En retour le site nous donne un numéro qui identifie votre exemplaire de manière unique. On recopie ce numéro sur une étiquette explicative sur la première page du livre. Il est maintenant marqué. On peut déjà donner son avis sur le livre sur le site web. Cela constitue la première entrée dans le journal du livre.

Ensuite, on le fait circuler. Ca se fait de n'importe quelle manière : on peut le donner ou l'échanger avec quelqu'un, mais la manière la plus excitante est de le relâcher dans la nature. On abandonne le livre sur un banc, dans un bus, une salle d'attente, la bibliothèque d'un hôtel, etc., tout endroit où quelqu'un est susceptible de le trouver. On place une entrée dans le journal pour indiquer où on a libéré le livre.

L'étiquette explicative comportant le numéro permet à la personne qui trouve l'objet d'aller sur le site web et de signaler dans le journal du livre qu'il l'a trouvé. Le propriétaire original a ainsi des nouvelles de son livre ! Idéalement, la personne qui l'a trouvé le lit, met une petite critique dans le journal, et relâche le livre, qui peut à nouveau être trouvé, etc.

Bon, je me doute que le pourcentage des livres dont on retrouve la trace ne doit pas être folichon, mais l'idée est très excitante. La méthode permet de relâcher les livres que l'on veut, pas seulement ceux dont quelqu'un d'autre veut. Elle se traduit par une diminution nette et ne coûte pas un rond (mais n'en rapporte pas non plus). Elle peut se combiner avec d'autres méthodes explorées plus haut : le prêt définitif, pochetroc. La méthode ultime, donc.

Je teste tout ça et ferai un premier bilan dans un mois.