Je cherchais à me documenter sur les affres de la survie de l'Empire Ottoman dans l'immédiat post 1918 qui devait déboucher sur la Turquie moderne. Il y a la première guerre mondiale - passionnante en soi, et bien documentée, bien qu'il doit y avoir en français cent fois plus de bouquins sur le front ouest que sur tout le reste réuni. Mais la fin la guerre (et même avant) le poids qui maintenait fermé le couvercle de la marmite s'allège et la pression se relâche dans un grand bouillonnement de vapeur. Les vainqueurs de la guerre sont épuisés (et ont leurs propres troubles domestiques), les Etats Unis entrent dans un phase d'isolationisme et les traités tardent à arriver.

De l'Extrême Orient à l'Europe, c'est un territoire immense qui s'ébroue. La Guerre Civile Russe, si méconnue, et d'une complexité telle que le Tsar la compare à la guerre des étoiles (j'aime beaucoup cette comparaison), est au centre de tout ça, mais ça la déborde très largement. Pour la première guerre mondiale, tout peut plus ou moins s'ordonner autour d'un affrontement entre deux camps. Mais l'après-guerre s'éparpille dans un tourbillon indémmerdable de mouvements nationalistes, politiques, idéologiques. Ca part dans tous les sens et il est bien difficile de décrire tout ça, et ça finit généralement en dictature avec un pouvoir très fort. La Turquie ne fait pas exception.

ternon_yves_empire2

En ouvrant sérieusement le livre, j'ai eu une grosse frayeur : d'après sa biographie l'auteur est en effet un spécialiste des génocides, notamment arménien. Heureusement, son livre reste objectif, apparemment sans volonté d' enjoliver ni occulter, très loin du beyoutage caractérisé de Heers ou Venner, chroniqués sur ce blog (un de ces jours il faudra parler le Lamarque qui écrit des articles burlesques dans Prétorien).

On est ici dans un cadre beaucoup plus large que ce que je cherchais, et c'est tant mieux. Le livre commence par rappeler comment est né l'Empire Ottoman, à cheval sur trois continents, comment il est constitué, comment les différentes communautés qui le composent coexistent. On parcourt rapidement les premiers siècles de son histoire. Une moitié du livre est consacrée au démembrement progressif des versants africain et européen de l'Empire, au XIXème siècle, qui culmine avec les guerres balkaniques de 1912-13, et qui s'inscrit dans le jeu des puissances européennes, qui sont les arbitres et les artisans à la fois de la survie et du grignotement de l'"homme malade de l'Europe". C'est dense, très riche en information, parfois un peu aride, mais extrêmement intéressant pour comprendre l'histoire complexe des Balkans, dont l'irrédentisme de certains états n'est toujours pas éteint, loin s'en faut.

Avec la révolution de 1908 qui donne le pouvoir aux Jeunes Turcs (Nouveaux Ottomans), un nationalisme ottoman puis turc apparait, ainsi que les notions concentriques de turquisme, de panturquisme et de touranisme. Ensuite c'est la guerre, qui est décrite, sur les différents fronts : Gallipoli, le Caucase, l'Irak, la Palestine. Le génocide arménien est bien sûr abordé (l'auteur en est un "spécialiste"). Après la guerre, alors que Constantinople est administré par l'Entente, le mouvement nationaliste de Mustafa Kemal, parti d'Anatolie, revendique à peu près le territoire actuel de la Turquie. Il combat les Français en Cilicie puis la Grèce implantée autour de Smyrne. Le traité de Sèvres très défavorable est remplacé par le traité de Lausanne. Les frontières prennent le contours d'aujourd'hui (à l'exeption d'Alexandrette).

La fin du livre décrit l'évolution de la Turquie jusqu'en 1938, sous la houlette de Mustafa Kemal, avec toutes les réformes, transformations et mystifications qui en font un état (presque) homogène ethniquement, et laïc.

Au final un bouquin diablement intéressant, sans parti pris, qui, comme le rappelle le quatrième de couverture, concerne bien plus que la Turquie Moderne, puisqu'une vingtaine de pays sur trois continents sont les héritiers de l'Empire Ottoman, et qui donne beaucoup de clefs pour comprendre l'histoire du 20ème siècle et le monde d'aujourd'hui.

Recommandé par le psilète si vous n'avez pas peur d'un livre un peu riche et dense.