Avant d'aller à Chaumont, je vais me "débarasser" des dernières photos qui tiédissent doucement depuis toutatis/Petites Guerres, soit un mois. Rapidement avant d'aller construire mon ring. Ce sont les deux parties que j'ai jouées en tant que démonstraté. En cherchant un peu (juste un peu), j'ai trouvé le poitn commun entre les deux : le cinéma.

D'abord la table des Sénéchaux (comme je vais chez eux ce week end, un peu de lèche ne fait pas de mal. Tiens, du coup je remets l'affiche

brottes

Pour en revenir au sujet, voici leur table. C'est du 15mm. Le 15mm, c'est le cinemascope de l'escarmouche, à l'époque où les bonshommes qui couraient sur l'écran étaient des figurants et pas des automates pas toujours très convaincants.

Ici ils ont fait tout le décor. Il ne reste plus qu'à cadrer. Démonstration.

a0

Un petit recadrage et hop, nous voilà en Afrique.

a1

Pour ceux qui penseraient que le seul intérêt de tout ça c'est de prendre des photos, c'est royal.

Bon Richard (l'illustre inventeur de la colle à carrelage) jouait à côté sur Innsmouth, mais on a réussi à lui arracher une partie, sous la supervision de Xavier.

a3

On a de la place pour manoeuvrer. Ici il y a trois niveaux de profondeur de troupes.

a5

Bon, je jouais parmi les indigènes et on a mis la pâtée aux Français.

a2

Les figurines sont des Touller, Le fabricant de figurines 15mm historiques en France (à qui il ne faut pas commander en direct : on vous aura prévenu).

a4

La deuxième partie, c'était Chaos in Cairo proposé par Frantz sur une belle table Egypte.

Bon, j'avoue, je suis paresseux : je n'avais pas lu en détail la présentation qu'il a faite de CiC, mais l'article dans VV, et j'avais envie d'essayer (tant pis pour ceux qui ont raté la démo). Donc me voici incarnant le professeur xxx (la mémoire...), le colonel yyy (aïe aïe aïe) et une bande de seconds couteaux lourdement armés à la recherche de ??? (Ouille). Le tombeau a des gardiens.

b0

Je n'ai pas pris beaucoup de photos.

Pourquoi je n'ai pas pris beaucoup de photos ? Parce que les figurines s'activent dans l'ordre de cartes, pas dans l'ordre des joueurs, et qu'on peut même garder son activation en réserve pour tenter de "couper" l'adversaire. Bref, on est obligé de rester dans le jeu. Donc peu de photos.

J'avoue que ce genre d'interactivité et d'attention même pendant que l'adversaire joue, un peu comme dans blitzkrieg ou bien sûr les Chain Reaction-likes me plait beaucoup. Je ne peux pas dire que je sois nostalgique de mes tournois DBM et DBR où j'allais voir les copains parce que je m'ennuyais pendant que mon adversaire jouait (surtout le genre qui réfléchit et ne parle pas tant qu'il n'est pas sûr à 100% d'avoir gagné).

Les héros ont quelques caractéristiques, dont une qui sert à déchiffrer les hieroglyphes, rappelées sur une petite fiche (je suis moins fan des jeux à fiches de personnagse ou d'unités mais je peux les supporter). Un test d'intelligence donc pour déchiffrer des inscriptions, dont l'une qui donne un mystérieux avertissement. C'est donc une règle Pulp. On est quand même moins dans le détail que .45 adventures avec sa localisation des blessures (et tant mieux : CiC est plus simple d'ailleurs).

Oups. J'oubliais de donner le point commun avec le cinéma : le Pulp, bien sûr. Et j'aime beaucoup la manière dont est traitée la différence entre les héros et les figurants. C'est bien simple : l'unité entière de figurants est traitée comme un personnage. On active un héros ou un groupe de figurants. Un héros encaisse trois points de blessure ? On lui retire trois points de vie. Une unité encaisse trois points de blessure ? On lui enlève trois figurines. C'est simple et élégant je trouve.

Pour en revenir à la partie, les squelettes m'ont bien mis à mal et le tombeau recelait d'autres gardiens (c'est bien beau, l'avertissement, mais je n'allais quand même pas partir comme ça).

b1

Totu cela finira bien mal. Ici, le colonel xxx se fait rattraper (l'ordre des cartes avait son importance).

b2

Une bien bonne partie. Je ne dirai rien de mon adversaire qui n'en est pas à son premier mauvais coup !